Page:Montesquieu - Pensées et Fragments inédits, t2, 1901.djvu/505

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



2093* (799.I, p. 513). — La même erreur des Grecs inondoit toute leur philosophie ; ce qui leur a fait faire une mauvaise physique leur a fait faire une mauvaise morale, une mauvaise métaphysique. C’est qu’ils ne sentoient pas la différence qu’il y 5 a entre les qualités positives et les relatives ; et, comme Aristote s’est trompé avec son sec, son humide, son chaud, son froid, Platon et Socrate se sont trompés avec leur beau, leur bon, leur fou, leur sage1. 1o

2094* (66. I, p. 64). — Les Pythagoriciens se cachoient toujours derrière leur maître. « Ipse dixit >, disoient-ils. Mais Ipse dixit est toujours une sottise.

2095 (1092. II, f° 68 v°). — Les quatre grands poètes : Platon, le père Malebranche, milord Shaf- 15 tesbury, Montagne (sic).

2096(1233. II, f° 100).— Il falloit qu’il se fût fait un grand changement dans l’esprit des Athéniens par la philosophie de Socrate, puisque Platon remercioit les Dieux d’être né de son temps. 1o

2097(853. I, p. 542). —Voyez dans Plutarque, Vie de Nicias, comment les physiciens qui expliquoient par des causes naturelles les éclipses de lune furent suspects au peuple. On les appela météorolesches, persuadé qu’ils réduisoient toute la Divinité à des »5