Page:Montpetit - Poissons d'eau douce du Canada, 1897.pdf/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
105
L’ACHIGAN

comme une anomalie. Les rayons mous ne nous donnent que des différences peu significatives.

« Enfin, les dents linguales, par leur présence ou leur absence, fournissent un caractère spécifique de premier ordre, d’autant, comme le montre le tableau, qu’il a pu être observé sur des individus de tailles très variées et paraîtrait par conséquent ne pas subir de modification avec l’âge.

« En ayant égard à la combinaison de ces caractères, on peut, croyons-nous, d’après les exemplaires de collection de muséum, distinguer quatre espèces, qui ne sont toutefois proposées qu’à titre provisoire, vu l’insuffisance des matériaux dont nous avons pu disposer. Le tableau dichotomique donnera une idée de leur compréhension :


Ligne transversale ayant pour formule
7 à 8
15 à 20
Ligne latérale :
60 à 70 écailles.
Des dents linguales 
  

Pas de dents linguales 
  
M. nuecensis, Grd
M. salmoides, Lacép.
9 à 11
25 à 30
Ligne latérale :
60 à 75 écailles 
  

80 à 85 écailles 
  
M. variabilis, Le S.
M. dolomieu, Lacép.


(Vaillant et Bocourt, Mission scientifique au Mexique, IV, Zool. : inédit.)


Mais ce n’est pas tout de marquer la différence existant entre ces deux congénères maintenant mêlés les uns aux autres dans plusieurs vastes régions qu’ils ont occupées séparément pendant des siècles ; il importe encore de reproduire isolément leurs traits. J’emprunte à cette fin les crayons de deux des plus habiles ichtyologistes américains, MM. David S. Jordan et Charles H. Gilbert :


ACHIGAN GRANDE BOUCHE


Corps oblong, s’élargissant avec l’âge, légèrement comprimé ; tête forte ; bouche très large, oblique ; chez l’adulte, les maxillaires se prolongent au delà de l’orbite de l’œil ; ils sont plus courts chez les jeunes. Les écailles sont disposées en dix rangées sur les opercules ; sur le tronc, les écailles sont comparativement grandes. La mâchoire inférieure est plus avancée que la supérieure ; des dents aux mâchoires, au vomer, aux palacins et quelquefois sur la langue. La dorsale est profondement échancrée. Jeune, il est d’un vert foncé sur le dos, d’un vert argenté sur les flancs et le ventre ; une bande noirâtre s’étend depuis l’opercule jusqu’à la caudale ; les joues et les opercules sont traversés par trois