Page:NRF 11.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 337

ambition ni crainte, c'est dans un délire d'idéologie, que ce Juif " renie son sang, souille son nid ". D'abord disciple d'Avenarius, il n'a pu se satisfaire d'une philosophie de l'expé- rience pure, qui lui présente, au lieu de choses, " des relations, des paquets de sensations, des rapports subjectifs ; rien d'objectif, rien de réel. " Il se rejette donc vers Kant, il part de la Criii- que de la Raison pratique pour poser et défendre des valeurs absolues ; mais il applique ses postulats à toute une masse de Sociologie, de Psychologie, de Biologie mal digérée. Une grande opposition domine, selon lui, tous les conflits humains : D'un côté l'homme, le Principe mâle, pensée claire, vouloir autonome ; de l'autre la femme, le Principe femelle, sensations confuses, instincts impulsifs : " L'idée lui est étrangère... Elle est amorale autant qu'alogique. Mais toute existence est morale et logique. Ainsi la femme n'a pas d'existence. " — Or il y a des races féminines ; et la race juive est de celles-là. Le Juif n'a " aucune relation fondamentale avec la chose en soi " ; son esprit est multiplicité ; il ne croit pas à la volonté libre ; c'est lui, le Matérialiste, et le Communiste aussi. Dès lors, comment hésiter ? Il faut prendre parti " entre la femelle et le mâle, entre le business et la culture, entre l'ignorance des valeurs et l'affir- mation des valeurs, entre la vie terrestre et la plus haute vie, entre la négation et l'affirmation qui est pareille à Dieu... " Le jour même où il passe sa thèse de docteur en philosophie, Weininger reçoit le baptême. Mais il retombe bientôt à la torture de sa pensée qu'exaspèrent les marches forcées, les jeûnes, le travail nocturne. La nature de sa dernière crise n'apparaît pas nettement : doute-t-il de son système, ou désespère-t-il de sa destinée ? A l'âge de 23 ans, dans la vieille maison où mourut Beethoven, d'un coup de pistolet il arrête " les battements de ce cœur juif que le monde chrétien lui avait enseigné à haïr. " Vient enfin cet Israël Zangwill, dont les Cahiers de Péguy nous ont naguère fait connaître l'admirable Chad Gadya. Né en 1864, seize ans avant Weininger, il est plus moderne que

�� �