Page:NRF 11.djvu/828

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


822 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

veau dans la tienne et ce corps de nouveau solide entre tes bras.

BRINDOSIER

Ahj les fleuves de la terre au mois de Juin, quand les troupeaux épars remontent l'herbe difficile et que le pâtre écarte du genou ce torrent qui descend vers lui de la vie verte et rose et toute luisante, pleine de fleurs, d'abeilles et de papillons !

Ah, le miel que je fus à tes lèvres et cette tête tout-à-coup que j'ai versée sur ton épaule !

HÉLÈNE

Tu caresses et j'ai frappé.

BRINDOSIER

J'ai gagné ton cœur.

HÉLÈNE

Tu ne l'as point percé.

BRINDOSIER

Souviens-toi de ces nuits de ma jeunesse où j( dormais à ton côté !

HELENE

Souviens-toi de ces nuits où tu étais seule, et moi entre les bras du Ravisseur.

�� �