Page:NRF 15.djvu/899

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SOUVENIRS SUR TOLSTOÏ 893

ne Jes aient pas créés exactement «ur le même modèle que Tolstoï, mais si lui les a perfectionnés, ce ne fut que pour les rendre de plus probants témoins de sa. doctrine. Néan- moins il n'y a pas de doute que dans son erisemble la Russie c'est Tiouline en haut, et Oblomov en bas. Pour trouver le Tiouline d'en haut vous n'avez qu'à vous rappeler ce qui s'est passé en 1905, quant à l'Oblomov ^d'en bas, regardez le comte A. N. Tolstoï, I. Bounine, regardez partout autour de TOUS. Pour ks brutes et les fripouilles nous n'avons pas besoin d-e les faire entrer en ligne de compte, encore que la brute soit chez nous un type vraiment national, dans son mélange de lâcheté crapuleuse et de cruauté. Qjuant aux fripouilles, bien entendu elles sont les mêmes dans toutes les nations.

11 y a en Léon Nicolayevitch beaucoup de côtés qui, à cer- tains moments, éveillèrent en moi un sentiment voisin de la haine, et cette haine retombait sur mon âme comme mlh poids écrasant. Par sa croissance disproportionnée, son indi- vidualité est un phénomène monstrueux, presque laid, il ya en lui quelque chose de Sviatogor, le bogatyr, que le monde ne peut contenir. Oui, il estgrand, incontestablement grand. J'ai la conviction qu'au delà de tout ce qu'il exprime, il y a beaucoup de choses sur Lesquelles il est silencieux, même dans son journal, — beaucoup de choses que probablement il ae dira jamais à personne. Ce « je ne sais quoi » d'inex- primé ne perçait dans sa conversation qu'à de rares occasions, et par voie d'allusions. On trouverait aussi des allusions du même genre dans les deux carnets de son journal qu'il me donna à lire, ainsi qu'à L. A. Sulerzhizky ; il me s-emble y voir une espèce de « négation de toutes les aflirraations », le nihilisme le plus radical et le plus malfaisant qui ait jamais jailU d'un fond de désespoir infini et irrémédiable, d'un sen- timent d'abandon que probablement personne d'autre que lui au monde n'a éprouvé avec une lucidité aussi terrifiante. Je me le suis souvent représenté comme un homme, qui dans

�� �