Page:NRF 1909 2.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il6 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

précision lapidaire n'exclut point le grandiose ni le somptueux qui résultent de la raison s'affirmant dans son unité toute pure. Les autres ordonnent des surfaces qui, pour exactement rapportées qu'elles soient, laissent quand même percevoir l'effort où elles tendent de se rapporter en pré- vision d'une fin commune. Celle-ci est à soi-même son origine et sa fin. On la dirait formée d'une concrétion spontanée de marbre. Elle dissimule si merveilleusement l'intervalle de ses joints qu'on la croirait entièrement taillée d'un seul morceau, à même la pierre d'une chaude pâleur de miel, dont elle est composée.

Cependant l'indéfectible sévérité où elle se re- tranche vient céder au point où la nef et le chœur prennent contact. Il y a là non pas une défaillance de style, mais une imperceptible déviation du rythme, une secrète asymétrie qui nous avertit que nous sommes en présence d'une œuvre pure- ment humaine dont elle rend d'ailleurs la perfec- tion plus émouvante. Je ne voudrais pas me forger ici une théorie mystique des concordances ; mais, à propos de cette dissemblance qui cependant ne nuit pas à l'harmonie de l'ensemble, je me rappelle que Lectoure fut, durant les guerres de religion, une des places fortes du calvinisme, et qu'Henri de Navarre y tint sa cour. Je ne crois pas qu'il eût été heureux pour la France qu'elle embrassât, sous François Premier, un protestantisme d'Etat.

�� �