Page:NRF 3.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


I56 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

celle que Claude Buy n'osait pas prendre, celle qui se gardait pour Claude Buy. En l'apprenant, Claude Buy ne pleure pas ; il vomit, de dégoût et de détresse. Angèle, méprisée, se tue ; il serait pire qu'elle vécût. Croquignole aussi se tuera ; on ne rentre pas au bureau, après qu'on a mangé quarante mille francs ! Et le tragique du livre n'est pas tant dans l'une ou l'autre de ces deux morts que dans la loi fatale qui les relie : La prospérité n'est pas innocente ; l'homme trop heureux perd les autres et se perd lui-même après eux. Mais de cette fatalité Croquignole n'est pas coupable aux yeux du sage et doux Félicien. Félicien, — l'homme qui vous fait du bien, rien qu'à vous regarder, l'homme " en présence de qui chacun a effectué sa meilleure action " — Félicien, de son vrai nom Lucien Jean, fut vers ce temps-là pour Philippe un collègue de bureau, un compagnon de lettres, un ami respecté, presque un maître. Il lui donna de la vraie force une idée plus simple et plus calme ; celle-là même qui émane de son oeuvre brève et parfaite. Et c'est à l'édition posthume des proses de Lucien Jean que Philippe consacrait ses soins quand il fut lui-même frappé.

Ni Marie Donadieu, ni même Croquignole^ ne me paraît supérieur soit à Bubu, soit au Père Perdrix. Mais les deux derniers romans publiés marquent un pressentiment de possibilité plus large, un progrès de la pensée, que ne pouvait manquer de

�� �