Page:NRF 3.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


234 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

bandé tout à l'encontre des ordres, vers de la résistance et de la personnalité.

Silence bourru de lui. Extérieurement il est donc hérissé et fermé ; — mais en son cerveau un bouillonnement de rancunes. Flots d'impuis- sance crespelant sa colère. Passe en lui la haine de tout, car tout lui est fermé. Grondements de jalousie, — affres de la vitalité qui ne s'épand. Quelque chose de grand lui est nécessaire; un geste d'orgueil devrait proclamer sa suprématie. Impossibilité vers cela. Donc, retour en lui d'un moi moral comprimé.

Cela s'ajoute au mécontentement de l'instant, à la domination présente par le fait de ses parents. Ces parents ! Ils représentent maintenant la gène de son geste, — ils sont la force présente...

Il leur souhaite tout. (Pourtant son cœur se soulève à des souhaits et son imagination s'attriste devant leur représentation). Le monsieur orgueilleux qui se tait pour ne déchoir et domi- ner au moins, amèrement, vis à vis de lui seul : c'est Jean d'Ombre ! Il passe et repasse des songes, proclamant sa supériorité, mais son imagi- nation compressée de présent l'enserre et vient annihiler son rêve, et douloureusement en compen- sation rebondit vers des vengeances. La vengeance de l'instant c'est le silence, l'air bourru, le bâille- ment haut.

Une autre grande influence sur d'Ombre : la mono-

�� �