Page:NRF 3.djvu/365

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE CHARRETIER 355

d'une rouille qui le glorifie. Malgré leurs harnais poudreux, les chevaux avaient bonne tournure et la gamine qui les conduisait de la voix, chevauchait, sombre, la figure cachée sous les rebords de son grand chapeau.

Et, crâne dans sa selle, Jessie voyait comme au travers d'un brouillard là haut, au bout de la rue qui n'en finissait pas, la gare, le but, la fin d'un long voyage.

L'attelage passa la barrière, se rangea le long du hangar des marchandises et s'arrêta à la voix de l'enfant.

Jessie délivra le récépissé à l'employé, puis comme son regard rencontrait le cheval noir dont la selle était vide, elle glissa doucement de sa monture et s'évanouit.

Paul Wenz.

�� �