Page:NRF 3.djvu/380

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


370 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

débouche dans la matité. Le ton a été établi par superpositions successives, avec lenteur et calcul, il ne lui reste plus à revêtir que son brillant ; mais s'il consentait à cette suprême richesse, peut- être l'étoffe s'animerait-elle d'un mouvement, peut- être les plis tendraient-ils à se draper et tout le personnage se camperait-il en une pose. Il ne faut pas. — Dans tous les portraits de Madame Cézanne je lis l'ineffable confiance de la lassitude.

��.

��*

��Il n'est peut-être pas de plus grand peintre que Cézanne. J'ai la faiblesse de regretter parfois qu'il n'ait été que peintre, que dans son œuvre l'homme n'intervienne jamais que comme serviteur des choses, qu'il ne fasse sentir sa présence que par sa dévotion et son souci de s'effacer. Mais ne faut-il pas que son abdication vienne réparer l'imperti- nence de ceux qui s'établissent en intrus et s'expo- sent au milieu de leurs tableaux ?

Jacques Rivière.

�� �