Page:NRF 3.djvu/445

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L AMATEUR DE M. REMY DE GOURMONT 435

Volontiers c'est par intimidation qu'il procède. Il écrit : " Nous ne sommes plus aux temps naïfs du Darwinisme..." et ailleurs : " Cest une plaisanterie indigne (la survivance de certains organes inutilisés) a laquelle V ostèologie s oppose absolument. Tous les zoologistes savent... etc.. Il suffit au besoin de quelques promenades h la galerie ostèologique du muséum pour se guérir de ces idées malsaines. " M. de Gourmont excelle dans ce que j'appellerai : le raisonnement par esbrouffe. Et l'on se demande dès lors pour quels peureux lecteurs il écrit. Je m'assure qu'il se trouve des gens qui se rangent de son avis par pure crainte — oui, crainte de n'être pas " nés malins. "

Cette peur d'être pris sans défense et sans vert, je consens qu'elle soit bien française. (Le Français est homme averti. On sait que " rien ne lui rafraî- chit le sang comme d'avoir su éviter une sottise ". Avec M. de Gourmont on va même jusqu'au refroidissement.) Pourtant déjà PI utarque écrivait: " Quand aux risées et mocqueries des Epicuriens, il ne les fault point craindre; " il ajoutait: " Plus tôt faudrait-il se mocquer de ceulx qui tisrent aux dis- putes des choses naturelles je ne sçai quelles images sourdes, aveugles et sans âmes. " Car, tandis que le royaume des cieux est promis à ces simples d'esprit dont ces épicuriens se moquent, eux, que dupe la peur d'être dupe, et la crainte de prendre pour lanternes des vessies se refusent, à reconnaître

�� �