Page:NRF 3.djvu/446

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


��436 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

les lanternes, et savent à M. de Gourmont le plus grand gré de les leur bailler pour vessies. Il faut convenir qu'il y apporte une espèce de résolution.

Echappe-t-il lui-même à ce jeu ? Son esprit si subtil, tant amoureux du relatif, jamais à court de pertinence, le prévient-il toujours à temps ? Fuit-il, avant que ne se referme sur lui son piège malicieux? A tant abuser le lecteur, s'amuse-t-il toujours ? Ne s'abuse-t-il pas un peu ? Coupe-t-il dans ce qu'il avance ?...

Mais que vais-je ici supposer? — Non, non, vous le savez tout comme moi, Remy de Gourmont : les religions ne sont point " laides " ; ni " sottes " ; mais bien ce qu'on en fait parfois, et surtout ce que vous en faites. Prenez garde à ce que dit Renan : " Beaucoup d'esprits délicats aiment mieux être croyants qu'incrédules de mauvais goût. " — Ah î de l'amour aussi vous avez fait quelque chose de joli i... Vessies ! vessies ! "Ce monde est une pauvre mascarade. "

Je n'ai garde d'engager une discussion sur le fond même du sujet, puisque je lis dans le dernier dialogue de vos dociles amateurs : (i er mars 19 10).

" M. Desmaisons : — Au vrai que nous importe ! M. Delarue : ■ — Voilà le vrai mot de la situation ! "

Je me place sur votre terrain, ce terrain de mouvante relativité dont vous vous faites une

�� �