Page:NRF 3.djvu/564

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


554 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

A travers les rameaux serrés, je vois soudain

La mer, comme un voyage exaltant et serein ;

Je sais ce que Ton souffre, et si je suis vivante

C'est qu'au fond de la morne ou poignante épouvante,

Lorsque parfois ma force extrême se lassait,

Un ange, au coeur cerclé de fer, me remplaçait.

— Et pourtant, je ne veux pas amoindrir ma chance

D'être le lingot d'or qui brise la balance ;

D'être, parmi les cœurs défaillants, incertains,

L'esprit multiplié qui répond au Destin.

Je n'ai pas peur des jours, du feu, du soir qui tombe ;

Dans le désert, je suis nourrie par les colombes.

Je sais bien qu'il faudra rejoindre en vous un jour

La connaissance entière et calme de l'amour,

Nature ! dont la paix guette notre agonie.

Mais avant cet instant de faiblesse infinie,

Traversant les plateaux, les torrents hauts ou secs,

Chantant comme faisaient les marins d'Ionie

Dans l'odeur du corail, du sel et du varech,

J'irai jusqu'aux confins de ces rochers des Grecs,

Où les flots démontés des colonnes d'Hercule

Engloutissaient les nefs, au vent du crépuscule.

Çtease D£ ]SJ 0AILLES#

Avril 19 10.

�� �