Page:NRF 3.djvu/574

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


564 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAI!

tendant la main cet humilié comme un homme qi sort de la fosse.

Derrière nous la mer confuse aux flots entre- choqués,

Mais votre peuple à pied sec la traverse par 1< chemin le plus court derrière Moïse et Aaron.

La mer derrière nous et devant nous le déseï de Dieu et les montagnes horribles dans les éclain

Et la montagne dans l'éclair qui la montre et qui l'absorbe tour à tour a l'air de sauter comm* un bélier,

Comme un poulain qui se débat sous le poidî d'un homme trop lourd !

Derrière nous la mer qui a englouti le Per- sécuteur, et le cheval avec l'homme armé commi un lingot de plomb est descendu dans la profon- deur !

Telle l'ancienne Marie, et telle dans le petit jar- din d'Hébron

Frémit l'autre Marie en elle-même quand elle vit les yeux de sa cousine qui lui tendait les mains

Et que l'attente d'Israël comprit qu'elle était celle-là !

Et moi comme vous avez retiré Joseph de la citerne et Jérémie de la basse-fosse,

C'est ainsi que vous m'avez sauvé de la mort et que je m'écrie à mon tour,

Parce qu'il m'a été fait des choses grandes et que le Saint est son nom !

�� �