Page:NRF 3.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE CAHIER NOIR 53

Mais, une fois, tu m'as dit : Je crois que je deviens meilleur ; et plus tard, d'une voix presque plaintive : Il faut bien m'aimer, mon enfant... Et tu t'es éloigné. Et ton enfant ne t'a pas retenu... Tu m'aurais, peut-être, pressé sur ton cœur ? Je n'aurais plus menti, tu n'aurais plus souffert, toi que je chérissais !

1901. Jacques Copeau.

�� �