Page:NRF 3.djvu/636

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


626 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

est inexact le rapprochement entre Pascal et Barrés que Dom Pastourel nous propose, on comprend pourquoi Barrés n'est pas apte à con- stituer une morale ni une pédagogie cohérente. Son système ne vaut que pour lui. Il ne peut pas édicter de préceptes : il se dicte une ordonnance. Il est naturel qu'avec sa sensibilité il tienne au catholicisme. Il ne peut exiger des autres qu'ils se rallient au catholicisme par amour de la sensi- bilité de Barrés, et d'autre part, il est manifeste- ment impuissant à poser d'une autre façon le problème.

Son oeuvre ne peut pas avoir la portée philoso- phique et morale de l'œuvre d'un Pascal. Il est vrai du moins qu'elle apprend à ne pas sentir bassement ; plus véritable encore qu'elle ennoblit l'imagination. Si, refusant de mettre Barrés sur le même plan que Pascal, parce que Pascal " est d'un autre ordre et infiniment plus élevé " on compare Barrés à Chateaubriand, ce n'est pas lui faire la part petite.

Henri Franck.

�� �