Page:NRF 3.djvu/730

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


720 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Par les rues, en solennelle théorie et observant un pas de parade funèbre, prêtres et moines, avec les images sacrées, vont publiant le deuil du Vendredi-Saint ; et les fidèles enrôlés dans la procession, derrière les pénitents muets ensevelis dans le sac lugubre et le clergé chantant, dont un cuivre double de ronflements et enguirlande de gammes la psalmodie, déambulent, dignes et gar- dant l'ordre qu'il faut, s'honorant d'accompagner par la ville l'exhibition et la promenade des poupées du culte. Elles, on les voit qui émergeant de ce courant d'hommes en marche tanguent et semblent y voguer : Madones de luxe aux atours ostenta- toires, Saintes sans modestie, étalant de mondains falbalas ; et dans un coffre de verre sur des cous- sins, la Vierge, ayant à son côté l'Enfant Jésus, repose, bien alanguie, toute étendue... Puis un Christ le plus galant ! en robe de velours, et coiffé d'une perruque qu'on dirait faite d'un scalp de femme. Dans le plein et franc jour proposés, ô laids ! mornes mannequins, avec leur visage de cire aux yeux de porcelaine, et leurs cheveux humains.

�� ��Non de ces pieuses gens à la piété toute simple et soumise, et qui ne savent, aux Saints- Mystères, qu'assister bonnement, dévots platoniques — mais ceux-ci goûtent en initiés, mais ils s'émeuvent,

�� �