Page:NRF 3.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


68 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

corps, que sa beauté vivante, son intelligence et ses passions. Quel prix possède cette illusoire pérennité ? L'excellence professionnelle remplacera- t-elle cet héroïsme qui seul — si quelques artistes y participent, tant mieux ! — fait les princes et les chefs d'une nation. "

Ces voix chuchotent encore dans la solitude. Elles ne sont pas populaires ; ce qu'elles réclament est d'un aristocratisme incommode. Mais déjà du désert où on la reléguait comme un moine qui n'a plus rien à voir avec le siècle, une autre voix vient la soutenir, celle d'un vieux et barbare bon sens : " Qui sait si, à tout prendre, parmi les intérêts qu'offre la vie et en regard de l'ardente réalité de ses passions même éphémères, la fiction artistique a l'importance qu'on veut nous faire croire. "

(à suivre) Jean Schlumberger.

�� �