Page:NRF 6.djvu/586

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


580 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

du temps comme trop courte pour être employée: il y a toujours moyen d'y faire quelque chose. (^Lettre XCIX — 6 novembre 1747).

L'essence des choses est la même toujours et partout. Mais les formes varient plus ou moins dans chaque pays ; et ce qui constitue proprement un homme du monde, un homme bien élevé, c'est de savoir s'y conformer d'une manière aisée et élégante, ou mieux de se les rendre familières dans le temps et dans le lieu convenables.

(Lettre C — 24 novembre 1747).

Toute connaissance dont vous n'aurez pas soli- dement établi les bases avant votre dix-huitième année, vous n'en serez jamais parfaitement le maître. Le savoir est une retraite confortable et indispensable, un abri pour un âge avancé- Mais si nous ne le cultivons pas dans notre jeunesse, il ne nous donnera pas d'ombre quand nous serons vieux. Je n'exige pas, je n'attends même pas de vous que vous vous donniez aux livres, lorsque vous serez entré dans le monde. Je sais que cela est impossible et, dans certains cas, hors de propos. Voici donc le temps, et le seul temps où vous devez infatigablement et sans relâche vous appli- quer à l'étude... Plus vous ferez de lieues dans un jour, plus tôt vous serez à la fin de votre voyage. {^Lettre CI — 11 décembre 1747).

�� �