Page:NRF 7.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


94 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Et le vieux aux oreilles pleines de poils blancs comme un cœur d'artichaut.

— Que l'on prépare la robe de noces !

— Enfants, je ne serai pas là à votre mariage.

VIOLAINE. — Quoi, père !

LA MÈRE. — Anne !

ANNE VERCORS. — Je pars. Maintenant.

VIOLAINE. — O père, quoi ! avant que nous soyons mariés }

ANNE VERCORS. — Il le faut. La mère

t'expliquera tout.

(Entre M ARA)

LE MERE. — Combien de temps vas-tu rester là-bas .?

ANNE VERCORS. — Je ne sais. Peu de temps peut-être.

Bientôt je suis de retour.

(Silence)

VOIX D'ENFANT AU LOIN. — Compère loriot !

Qui mange les cesses et qui laisse le noyau !

ANNE VERCORS. — Le loriot siffle au milieu de l'arbre rose et doré !

Qu'est-ce qu'il dit } que la pluie de cette nuit a été comme de l'or pour la terre

Après ces longs jours de chaleur. Qu'est-ce qu'il dit . il dit qu'il fait bon labourer.

�� �