Page:NRF 7.djvu/1036

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


1030 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

frais. Rabeux et Nolot le suivirent. Le Paul ne se dérangea point. Il s'étendit sur l'herbe, son chapeau de joncs sur les yeux. Il pensait à Juliette : on ne la voyait plus., maintenant, qu'avec la jeune M™® Cougny. Elles étaient toujours ensemble. Et les Gallois qui trouvaient ça, comme de juste, tout naturel ! Ils la laissaient libre. A dix-sept ans, elle était assez grande pour savoir se conduire.

— Un morceau de pain, Paul ? lui demanda Nolot.

— Non, répondit-il. Je n'ai pas faim.

Nolot, n'insista pas. Les trois hommes cassèrent la croûte, sans se presser, sans beaucoup parler. Ils avaient l'habitude de travailler ensemble depuis des années ; il leur arrivait souvent de manquer de sujets de conversation. Jamais non plus il n'était question que Nolot fût le patron, Belin et Rabeux les ouvriers. Ils faisaient tous les quatre à peu près la même besogne. A la fin de chaque semaine Nolot les payait. C'était tout.

Ils entendirent venir, à grand fracas, la diligence qui faisait le service entre la petite ville et Avallon. On pou- vait arriver ici ou par cette ligne d'intérêt local qui rejoint à Corbigny la Compagnie de Lyon — ceux qui ne voulaient pas dépenser d'argent, faisaient comme les Chipé : ils s'y rendaient en voiture à âne, — ou par cette diligence qui allait prendre les voyageurs au saut du train à Avallon. Elle les amenait le lendemain matin. Presque toujours elle allait et revenait à vide. Il y avait du monde aujourd'hui. Belin ne ratait pas une occasion : c'était un bavard de la meilleure espèce,

— Que le diable m'enfourche si ça n'est pas Cougny avec sa traînée ! Où est-ce qu'ils vont donc comme ça ?

�� �