Page:NRF 7.djvu/1042

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


1036 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

avant d'être mariée ? Car il faut reconnaître tout de même qu'ils sont mariés. Pour ça, oui. Mais enfin ça ne signifie pas grand' chose. Et ces Gallois ! Leur gamine qui était déjà une coureuse, et qu'on voyait dans tous les bals, et qui avait essayé de détourner mon fils du droit chemin ! Heureusement que j'y ai mis le holà, et je vous garantis qu'il file doux à présent, et même qu'il est devenu plus gentil qu'avant. Par exemple, il a toujours le nez fourré dans les livres. Des histoires de voyages, à ce qu'il raconte. Il en lit beaucoup sur le Couisslan, tous ces temps-ci. Mais, puisque c'est ses goûts... J'aime mieux ça que de le savoir dans les cafés. Pour en revenir à elle, il ne lui manquait plus que de fréquenter la Cougnie. Eux ils ne s'en occupent guère. Va de ce côté-ci, va de côté-là, comme tu voudras : ça te regarde. Comme si une jeune fille était de force à se conduire toute seule ! Ah ! moi, jusqu'au jour où je me suis mariée, je vous assure que défunte ma mère ne me laissait ni sortir le soir, ni courir les bals jusqu'à des une heure du matin ! Pourtant je peux dire que j'aurais dansé tout comme une autre, mais en tout bien tout honneur. On sait que la jeunesse doit se divertir un peu, mais sous les yeux des parents. Un tour de danse, mon Dieu ! ça n'est pas défendu par l'Eglise, mais aujourd'hui ça n'est plus de la danse, c'est de la débauche. La jeunesse est corrompue. Et il n'y a pas que la jeunesse. Les hommes, les vieux aussi, tenez, comme ce Cougny... Regardez-le donc, là-bas, avec sa femme, et leur cousin, et cette Juliette ! Les voilà tous les quatre bras-dessus, bras-dessous. Eh bien, ça promet ! Ça va être du joli tout le temps des vacances ! A propos, comme nous n'allons pas tarder à

�� �