Page:NRF 7.djvu/1082

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


1076 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

en somme fort belle, mais qui recouvrit la pensée d'Emile Verhaeren, comme les orfèvreries des icônes byzantines masquent complètement les images qu'elles doivent embellir.

Traiter les décors à la façon d'une peinture aussi forte de ton, aussi rare que possible ; apporter aux costumes un art et une fantaisie qui en fissent mieux que des reconstitutions historiques; régler une figuration sans cesse vivante et significative : cette méthode qui a fait, pour une bonne part, le triomphe des bal- lets russes et qui nous a valu d'inoubliables représentations de Boris Godounov, qu'allait-elle rendre, appliquée à une tragédie ?

On n'a pu retenir un cri d'admiration lorsque le rideau s'est ouvert sur une ville cyclopéenne, empilement de rochers, palais trapus, portes aux lions affrontés, tours formidables, parmi les- quels grouillait une population dont nul Orient ne saurait sur- passer la bigarrure. Le spectacle est fort beau, fort fabuleux : ce qui est l'essentiel dans une tragédie mythologique. On s'étonne cependant lorsqu'entre ces roches peinturlurées de têtes et de monstres et qui font penser à quelque repaire de cannibales, une Electre vient dire, comme feraient Andromaque ou Bérénice :

Prince, je pars, hélas ! puisque revient Hélène, Chaque heure qui s^ écoule augmente mes ennuis.

La convention classique a beau n'être pas très apparente dans Hélène de Sparte, il en subsiste assez pour que les à-côtés de la tragédie ne puissent se dispenser d'en tenir compte.

Au second acte, même souci de beauté et même outrance. Le décorateur a cherché des tonalités fraîches, atténuées, un effet pastoral. On est dans une olivaie. La petite cahute d'un cantonnier ou, si l'on préfère, celle de Philémon et de Baucis, représente le palais de Ménélas. C'est charmant, c'est inattendu, et c'est fort loin certainement de ce qu'avait pu concevoir l'auteur.

La chatoyante partition de M. Déodat de Séverac abonde en rythmes joyeux, comme tout ce qu'écrit ce compo- siteur. Elle comprend pour chaque acte un important prélude

�� �