Page:NRF 7.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


141

��DANIEL DE POE

Je ne te connais pas, tu ne me connais pas ; nous ne sommes pas les hommes d'un même siècle ni d'un même pays, de FoC !

Et, pourtant, une fois, je t'ai rencontré.

C'était — il t'en souvient — un jour que j'er- rais dans Londres. Le ciel était triste et pluvieux ; la suie des steamers salissait l'aile des mouettes volant sur la Tamise ; et cela était du côté du quartier des pauvres, plus loin que Newgate où fut la prison, que Saint-Barthélémy où est l'hôpi- tal, plus loin que les derniers jardins, que les dernières maisons avec des fleurs.

Là, entre Bunhill Row et City road, je vis l'en- droit où tu dors à jamais.

C'est à Bunhill Fields, dans un pauvre cimetière où ne poussent plus que l'ortie et l'herbe. On a élevé sur ta tombe une pyramide de pierre ; dessus l'on a gravé ces mots :

DANIEL DE FOË

BORN 1661

DIED I73I

AUTHOR OF

ROBINSON CRUSOÉ

Aujourd'hui le cimetière est désaffecté ; mais, il

I

�� �