Page:NRF 7.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DANIEL DE FOE I73

retraite, cinquante livres sterling ! C'était un chiffre important, cela, surtout en des temps difficiles. Que de convoitises, quelle secrète envie une somme aussi élevée allait susciter dans les cœurs !

Mais toi, Daniel, tu ne permis pas qu'il y eût, sous le ciel de Dieu, de gens qui mangeassent de ce pain-là. Tu pensas aussi que, si l'on ne te prenait pas, l'on prendrait ton imprimeur. Et lui aussi avait des enfants, lui aussi il avait une femme ! Alors, tu n'attendis pas que le wapentake vînt te toucher l'épaule avec son bâton de fer ni que le constable parût, là où il était de droit, pour t'en- lever avec des exempts. De toi-même, tu te présentas à Old Bailey Court, au lord-chief justice. Et alors tu fus jugé ! Mais avec quelle rigueur impitoyable ! Et quel cri rauque, quels san- glots s'échappèrent de la gorge de Suzanne de Foë, la pauvre sainte créature, dans l'instant que le shérif, flanqué des sergents et greffiers de la cour, monta les degrés et vint lire la sentence condamnant Daniel, fils de James, " à deux cents marks d'amende^ a avoir les oreilles coupées^ a être exposé trois fois au pilori^ à être enfermé a Newgate au bon plaisir de Sa Majesté. "

Au nom de Sa Majesté, le shérif inclina sa haute perruque roulée et poudrée, les sergents et gref- fiers baissèrent le front, les magistrats firent la révérence ; mais toi, de Foe, tu te tins debout,

3

�� �