Page:NRF 7.djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


202 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Maître Watkins, le cabaretier, les maîtres, subré- cargues, matelots, bossemen, mousses et jusqu'aux vieux loups de mer qui mâchent un brûle-gueule entre leurs dents noires, s'étaient rapprochés. Ils formaient cercle autour de vous. Mais aucun, parmi ces naïfs auditeurs, n'écoutait avec plus d'avidité que toi cette inimaginable histoire oia il y a des oiseaux étincelants, des animaux et des arbres inconnus, des sauvages armés de lances et de sagaies, où c'était toute l'Amérique avec sa lumière, avec son ciel bleu, avec ses épices, ses fruits et ses parfums qui apparaissait dans l'odeur du goudron, du gin et du tabac, sous les poutres enfumées de la petite auberge.

Ce récit que faisait Selkirk, il avait tantôt la précision d'un livre de loch où tous les détails sont consignés avec minutie. L'on apprenait alors les travaux de Selkirk, comment il s'était construit une cabane à proximité de la mer, de quelle façon il s'était confectionné un sayon de poils de chèvre, un bonnet pointu et un parasol ; l'on admirait la fertilité inventive de son esprit, sa résignation dans la solitude et jusqu'à l'interven- tion de la Providence qui lui envoya, dans sa détresse, cette épave d'un vaisseau espagnol dans laquelle il trouva " un petit tonneau plein d'en- viron vingt gallons de liqueur ", plusieurs mous- quets, une poire à poudre, trois grands sacs de pièces de huit et six doublons d'or.

�� �