Page:NRF 7.djvu/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DANIEL DE FOE 211

tu avais mis, de Foë ; il ouvrit sa bourse et te tendit dix livres sterling.

Dix livres, 250 francs de notre argent de France, voilà, Daniel, ce que tu avais touché 1 Quand tu sortis dans Paternoster Row, de la maison de Taylor, tu tenais entre tes mains ces dix livres ; mais, tu sentais bien au vide de ton cœur, à l'espèce de froid qui t'envahissait, que tu ne portais plus sous ton manteau, comme un secret trésor où flambe tout le soleil, le manuscrit où Robin Cruso, tenant son parasol et suivi de son papegai, marche dans une île verte, sous un ciel d'azur.

Depuis, ah ! depuis ces douze ans, il y a eu bien des Noëls et des Saint- Valentin ! Il y a eu bien des fêtes et bien des deuils ! Et après un roi Georges, il y a eu un roi Georges ! Taylor a répandu partout, à profusion, dans le monde, The Surprising Adventiire. Il n'y a pas un mousse de navire, un portefaix des ports de Londres, de Bristol et de Liverpool, pas un soldat, pas un paysan, pas un marin qui ne sache désormais, autant que Robert Walpole, comte d'Oxford et premier ministre, ce que c'est que Robinson Crusogy ce que c'est que Daniel de Foë.

Mais, ce que le monde ne sait pas, ce que ne peut soupçonner aucun des fidèles sujets de Sa Majesté le roi Georges, depuis Robert Walpole, comte et premier ministre jusqu'au dernier des

�� �