Page:NRF 7.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


246 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

JACQUES HURY. — Je suis l'époux de Violaine.

MARA. — Vous ne Têtes pas encore.

JACQUES HURY. — Je le serai demain.

MARA. — Qui sait ?

JACQUES HURY. — Mara, j'y ai mûrement pensé

Et je crois que vous avez rêvé cette histoire que vous m'avez racontée l'autre jour.

MARA. — Quelle histoire ?

JACQUES HURY. — Ne faites point l'éton- née.

Cette histoire du maçon, ce baiser clandestin au point du jour.

MARA. — C'est possible. J'ai mal vu. J'ai de bons yeux pourtant.

JACQUES HURY. — Et l'on m'a dit tout bas que l'homme est lépreux !

MARA. — Je ne vous aime pas, Jacques.

Mais vous avez le droit de tout savoir. Il faut que tout soit net et clair à Monsanvierge qui est en montrance sur tout le Royaume.

JACQUES HURY. — Tout cela sera tiré à jour en un moment.

MARA. — Vous êtes fin et rien ne vous échappe.

�� �