Page:NRF 7.djvu/254

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


248 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Allons ! ne vous faites point de mal ! riez !

(Il rit) Je connais bien votre figure, Jacques.

JACQUES HURY. — Vous êtes fâchée de ne pouvoir me faire de la peine.

M ARA. — Comme l'autre jour pendant que le père parlait,

Riant d'un œil et pleurant sec de l'autre.

JACQUES HURY. — Ne suis-je pas maître d'un beau domaine }

MARA. — Et le père était vieux, n'est-ce-pas ? Vous savez une chose ou deux de plus que lui ?

JACQUES HURY. — A chaque homme son temps.

MARA. — C'est vrai, Jacques, vous êtes un grand et beau jeune homme.

Le voilà qui devient tout rouge.

JACQUES HURY. — Ne me tourmentez pas.

MARA. — Tout de même, c'est dommage !

JACQUES HURY. — Qu'est-ce qui est dom- mage }

MARA. — Adieu, époux de Violaine ! Adieu, maître de Monsanvierge, ah, ah !

JACQUES HURY. — Je vous ferai voir que je le suis.

�� �