Page:NRF 7.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


"254 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Jacques ! je crois en vous ! J'ai confiance en vous, mon bien-aimé !

JACQUES HURY. — Pourquoi donc cet air

d'inquiétude et d'effroi ?

Montrez-moi votre main gauche.

(Elle la montre) Mon anneau n'y est plus.

VIOLAINE, — Je vous expliquerai cela tout -à l'heure, vous serez satisfait.

JACQUES HURY. — Je le suis, Violaine. J'ai foi en vous.

VIOLAINE. — Je suis plus qu'un anneau, Jacques. Je suis un grand trésor.

JACQUES HURY. — Oui, Violaine.

VIOLAINE. — Ah, si je me donne à vous, Ne saurez-vous pas préserver votre petite qui ^ous aime ^

JACQUES HURY. — Voilà que vous doutez de moi encore.

VIOLAINE. — Jacques ! Après tout je ne fais aucun mal en vous aimant. C'est la volonté de Dieu et de mon père.

C'est vous qui avez charge de moi ! Et qui sait «i vous ne saurez pas bien me défendre et me préserver }

Il suffit que je me donne à vous complètement. Et le reste est votre affaire et non plus la mienne.

�� �