Page:NRF 7.djvu/270

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


264 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

VIOLAINE. — Je ne suis pas une réprouvée.

JACQUES HURY. — Infâme, réprouvée, Réprouvée dans ton âme et dans ta chair.

VIOLAINE. — Ainsi vous ne demandez plus à m'épouser, Jacques ?

JACQUES HURY. — Ne te moque point, fille du diable !

VIOLAINE. — Tel est ce grand amour que vous aviez pour moi.

JACQUES HURY. — Tel est ce lys que

j'avais élu.

VIOLAINE. — Tel est l'homme qui est à la place de mon père.

JACQUES HURY. — Tel est l'ange que Dieu m'avait envoyé.

VIOLAINE. — " Ah, qui nous arrachera l'un à l'autre ? Je t'aime, Jacques, et tu me défendras, et je sais que je n'ai rien à craindre entre tes bras. "

JACQUES HURY. — Ne te moque point avec ces paroles affreuses !

VIOLAINE. — Dis,

Ai-je manqué à ma parole .? Mon âme ne te suf- fisait point ? As-tu assez de ma chair à présent ?

Oublieras-tu ta Violaine désormais et ce cœur qu'elle t'a révélé ^

JACQUES HURY. — Eloigne-toi de moi !

�� �