Page:NRF 7.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 265

VIOLAINE. — Va, je suis assez loin, Jacques, et tu n'as rien à craindre.

JACQUES HURY. — Oui, oui.

Plus loin que tu ne l'as été de ton porc ladre !

Ce faiseur d'os à la viande gâtée !

VIOLAINE. — C'est de Pierre de Craon que vous parlez .

JACQUES HURY. — C'est de lui que je parle, que vous avez baisé sur la bouche.

VIOLAINE. — Et qui vous a raconté cela ?

JACQUES HURY. — Mara vous a vus de ses yeux.

Et elle m'a tout dit, comme c'était son devoir.

Et moi, misérable, je ne la croyais pas !

Allons, dis-le ! mais dis-le donc ! c'est vrai } dis que c'est vrai !

VIOLAINE. — C'est vrai, Jacques. Mara dit toujours la vérité.

JACQUES HURY. — Et il est vrai que vous l'avez embrassé sur le visage ?

VIOLAINE. — C'est vrai.

JACQUES HURY. — O damnée ! les flammes de l'enfer ont-elles tant de goût que vous les ayez ainsi convoitées toute vivante ?

VIOLAINE, très bas. — Non point damnée.

�� �