Page:NRF 7.djvu/277

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 271

JACQUES HURY. — Un peu de temps, et

quand viendra l'automne,

La voici avec nous de nouveau, pour ne plus nous quitter.

LA MÈRE. — Ah, Jacques ! pourquoi la lais- sez-vous partir }

JACQUES HURY. — Croyez-vous que cela

ne me soit pas dur ?

MARA. — Mère, ce qu'ils disent tous les deux est raisonnable.

LA MÈRE. — Il est dur de voir mon enfant me quitter.

VIOLAINE. — Ne soyez pas triste, mère !

Qu'importe que nous attendions quelques jours .^ Ce n'est qu'un peu de temps à passer.

Ne suis-je pas sûre de votre affection ? et de celle de Mara .'* et de celle de Jacques, mon fiancé ?

Jacques, n'est-ce pas ? Il est à moi comme je suis à lui et rien ne peut nous séparer ! Regardez- moi, cher Jacques. Voyez-le qui pleure de me voir partir !

Ce n'est point le moment de pleurer, mère 1 ne suis-je pas jeune et belle, et aimée de tous .

Mon père est parti, il est vrai, mais il m'a laissé l'époux le plus tendre, l'ami qui jamais ne m'aban- donnera.

Ce n'est donc point le moment de pleurer, mais

�� �