Page:NRF 7.djvu/315

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 309

monstre, savait de quoi il pouvait disposer contre notre passivité inattentive; il savait que ce ne serait pas trop de tous ses enchantements combinés, sur la scène comme dans l'orchestre. Il ne réduisait pas ses héros à la stature des personnages de Racine, ses décors aux murs d'un palais, sa symphonie à des formes de musique pure, ni son orchestre au quatuor. Il déchaînait toutes ses forces romantiques — et un art sobre, intérieur n'a rien à faire avec son art. Wagner ! quand ni dragon, ni gnome, ni sorcier n'était de mise sur les planches, il les lâchait dans les dessous, dans la cuve des instruments. Sans les plus sensuels démons du chromatisme et de l'appog- giature — le fin du fin alors — sans les murmures,les sifflements et les fracas, sans les pâmoisons des bouches de cuivre, nous n'écouterions pas à la scène, l'insaisissable texte du second acte de Tristan. Le " monstre " s'est fait chef-d'œuvre, mais il n'en est pas moins né monstre. S'il doit jamais renaître dans un nouvel accouplement de la musique pure avec la tragédie lyrique, il renaîtra d'un tempérament monstrueux. Ce n'est pas celui de M. Magnard.

M. Magnard accepte le wagnérisme dans son principe, et pense l'épurer en l'émondant par le dehors. Il pousse aussi loin que possible la polyphonie, mais rejette l'impressionnisme de l'harmonie et de l'instrumentation. Il ne veut avoir sur nous aucune prise sensuelle ; la phrase abstraite suffira. Mais pour- quoi deux actes sur trois célèbrent-ils précisément l'amour, bien mieux un amour barbare, exotique, pour les trois quarts charnel ? Nous ne comprenons plus. Et n'étaient deux ou trois beaux thèmes franckistes, rien n'arriverait à nous émouvoir ; pas même les chœurs nocturnes, ni l'éclat des voix mêlées en duo, ni le finale " ysoldien " ou " crépusculaire ". Il reste heureusement le second acte pour notre consolation.

Le second acte est admirable, et précisément en ce qu'il s'écarte d'un style polyphonique trop serré. Après le balancement monotone de l'éternelle nuit d'amour, quel accent viril et

�� �