Page:NRF 7.djvu/327

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 3^ '

Divers.

M. Oscar Havard publie dans le Correspondant de curieux souvenirs du sculpteur Armand Le Véel sur Gustave Courbet pendant le siège de Paris, Il nous rapporte que le peintre " n'avait pas voué uniquement une haine inexpiable au pié- destal du grand Empereur et qu'il rêvait mieux et plus que le fameux déboulonnement." Citons :

" Le même jour, comme il sortait du Louvre, il désigna les Tuileries : " Là, déclara-t-il, quand nous serons tout à fait les maîtres, nous y f... le feu, parce que c'est le repaire de la tyrannie, et parce que c^ est fort laid."

Qu'attendent les futuristes pour reconnaître en lui " le pré- curseur " ?

D'entre les réponses à l'enquête de Comadia sur l'utilité possible d'un Ministère des Beaux Arts, nous détachons celle de M. Barrés, brève et juste :

" Un ministère des Beaux-Arts ! Et ceci, et cela ! Ne me dites pas de bêtises. Il n'y a rien à faire pour l'Art qu'à maintenir, à entretenir les œuvres du passé — et c'est ce qu'on ne fait pas, ce qu'on ne réclame que mollement.

Quant à l'art d'aujourd'hui et de demain, que voulez-vous qu'y fasse l'administration ? "

��A Bordeaux, MM. Olivier Bag et Carlos Larronde, direc- teurs des Marches du Sud-Ouest, ont organisé un salon des poètes, où furent joués avec grand succès Le Poète et r Oiseau, de Francis Jammes, Lilith et Le Fieux Roy de Rémy de Gour- mont, Philippe II de Verhaeren et /'Otage de Paul Claudel.

�� �