Page:NRF 7.djvu/356

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


2S^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

1 dit qu' c'est le grand Roi d'Abyssinie et sa femme Bellotte.

L'APPRENTI. — Pour moi je croyais que c'était Gog et Magog.

LE MAIRE DE CHEVOCHE. — C'est les deux Anges de Chevoche qui viennent saluer le Roi leur sire.

On y boutera le feu quand i passera.

— Écoutez !

(I/s écoutent tous)

UN OUVRIER. — Oh non, ce n'est pas encore lui. On entendrait les cloches de Bruyères sonner.

UN AUTRE. — I ne sera pas ici avant minuit. Il a soupe à Fisme.

UN AUTRE. — On s'ra bin ici pour voir. Je n' bouge mie.

UN AUTRE. — T'as à manger, Perrot .? J 'ai pus qu'un morceau de pain qu'est tout gelé.

LE MAIRE. — N'aye pas peur. Y a un quar- tier de porc dans la marmite ; et des crépinettes, et le chevreuil qu'on a tué ;

Et trois aunes de boudin, et des pommes, et un bon petit tonneau de vin de la Marne.

L'APPRENTI. — Je reste avec vous.

UNE FEMME. — Et q'vlà un bon petit Noël.

�� �