Page:NRF 7.djvu/360

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


354 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

L'APPRENTI. — Le maître cherche ses vitraux et c'est pourquoi il nous envoie ici prendre du sable ;

Quoi que ce ne soit pas son métier.

Tout l'hiver il a travaillé au milieu de ses four- neaux.

Faire de la lumière, pauvres gens, c'est plus difficile que de faire de l'or.

Souffler sur cette lourde matière et la rendre transparente, " selon que nos corps de boue seront transmués en corps de gloire, "

Dit Saint Paul.

Et de toutes couleurs il dit qu'il veut trouver

La couleur-mère, telle que Dieu même l'a faite.

C'est pourquoi dans de grands vases purs em- plis d'une eau éclatante

11 verse l'hyacinthe, l'outremer, l'or gras, le vermillon.

Et regarde ces belles roses intérieures, ce que ça fait dans le soleil et la grâce de Dieu, et comment cela tourne et s'épanouit dans le matras.

Et il dit qu'il n'y pas une couleur qu'il ne puisse faire tout seul avec son esprit.

Comme son corps fait du rouge et du bleu.

Car il veut que la Justice de Rheims brille com- me l'Aurore au jour de ces noces.

LE MAIRE. — On dit qu'il est lépreux.

L'APPRENTI. — Ce n'est pas vrai ! Je l'ai

�� �