Page:NRF 7.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


36 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

M. Qualin laissait aux initiatives humanitaires le soin des blessés. Il montrait, à reconstituer la circulation, une activité émue, virant sur lui-même et bon aux exhorta- tions générales :

— Allons ! il faut en sortir !

Une aussi prompte et complète révolution des habi- tudes donnait aux choses du métier, une déiîguration redoutable. Il ne savait plus par quel bout les prendre. Il lui manquait de considérer comme normale cette anor- male situation. Passant les dépêches accoutumées de demandes de secours, il se couvrait par indiquer aux télé- graphistes l'heure de l'inscription avancée de dix minutes.

M. Détue jouissait à le voir traîner derrière l'obligation des faits, sa décision infirme. Meneur de l'occasion dont M. Qualin attendait la poussée, il formulait la pratique inévitable :

— Faire avancer les trains arrêtés aux signaux, pour les transborder l'un dans l'autre.

Cette solution exclusive, nette dans la réalité par la souveraine force des choses, se désobscurcissait lentement dans l'esprit du chef.

Les voyageurs commençaient de dire leur indignation et qu'on fût là depuis trois quarts d'heure sans médecins pour les déchirés, vides de sang.

L'éloignement de M. Legendre dont le fort remue- ment avait aidé les chercheurs d'amis et de parents leur était pénible. Ils crièrent :

— C'est scandaleux. Les chefs se cachent. Revenu, il porta par quatre à la fois les coussins de

voitures dans le bureau des pointeurs, pour y poser les gens qui ne tenaient plus debout.

��/

�� �