Page:NRF 7.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


38 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

naître à quelle heure les trains repartiraient. Aucun agent ne savait ce qu'on allait faire.

On tirait du tas le corps d'une femme dévisagée, le vêtement mêlé aux chairs : un paquet mou et gluant qui coula aux bords d'une civière faite d'une portière sur des planches croisées.

Un homme aux lèvres tremblantes de prière suivait le conseil :

— Vous la reconnaîtrez aux chaussures.

Mais il ne les trouvait pas. Le débris placé dans un fourgon du 1510, l'angoissé se tint devant la porte. Il allongeait le cou vers les femmes impatientes au marche- pied des trains. Sa volonté d'en reconnaître une, lui en donnait parfois l'illusion, visible à l'éclat de sa figure, tôt éteinte. Incapable de quitter le fourgon où la Mort l'invi- tait, il tournait la tête, comme appelé "Psst!... Psst!..." nais n entrait pas.

";e prêtre, l'officier, et d'autres, au dévouement un peu orgueill^ , -1 • j j [ • I 1

° 'ux, aidaient deux dames évanouies devant les

^ . " des hommes désespérés. Du cercle des femmes

sauves venaiev^^

^ 1 .^ ^nt les lamentations : Quel m.i

c- :^„r.»,'ilheur ! Mon Dieu !.., C'est épouvan- table!... SijeuntM^ ^^ i'

On hissait les r ••"

j^^ TTiîirf» blessés dans les fourgons du 1510 ; l'ascension des marc^j, & j »

„ front x;hepieds augmentait leurs déchirures. L'homme au iront )e ^ &

  • i«c fpmiri A^ cuivre, difficile à manier, hurla,

épouvantant les temn^u ' ' »

^ . ■ I es qui se bouchaient les oreilles et

criaient aussi. ^ ^

La cabine IH anno^ . , . ^

descendit grande quant^ nçait le train de secours : il en scribes accroupis avaieni té de gens de bureau. Tous les V levé leur cul du fauteuil.

�� �