Page:NRF 7.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


44 i-A NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

montrant son bras gauche dépouillé du poignet au coude. M. Templemars fournissait de l'étonnement furieux :

— Comment ! Il n'est pas encore interrogé. Il était ici. Mais personne n'en savait rien. C'est inouï. J'ai télégraphié : " Mécanicien et chauffeur tués. " Comment a-t-il fait ?

M. Griaux, mécontent de ce questionnaire d'un in- specteur qui n'était pas de son service, dut cependant répondre :

— Il a sauté.

— Comment s'appelle-t-il ?

— Becquaërt.

— De quel dépôt ?

L'importance des hommes à calepin grandissait.

M. Dasson croquait la position des lames de l'aiguille aux entretoises tordues, visible sur la voie I découverte, dont un rail de 12 mètres, vrillé, soulevait les traverses.

M. Papegay, commissaire de surveillance administrative se documentait à M. Ipp. Il essayait aussi de voir par lui-même. Fonctionnaire correctement vêtu, mais aux pauvres chaussures, il ne touchait, après 7 ans de service, que 2.800 francs par an : petite somme pour élever deux enfants et vivre en jaquette avec sa dame au chapeau de plumes l'hiver, de fleurs l'été. Encellulé dans un bureau de la gare aux voyageurs, il y faisait des écritures et ajoutait à cette besogne le souci d'attendre la nouvelle d'un accident. Il lui appartenait d'y arriver premier de l'Administration. Si M. le Procureur de la République, M. le commissaire de police ou M. le délégué de la Préfecture le devançaient, il en ressentait dans son cœur l'humiliation et les effets dans sa carrière. Cela l'obligeait à courir cinq

�� �