Page:NRF 7.djvu/515

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 5°9

amplement une certaine absence de relief et de perspective, qui tient en partie à l'actualité du sujet. Rien d'étonnant à ce qu'avec si peu de recul les arbres masquent parfois la forêt.

Au demeurant l'échelle des valeurs qu'établissent les traducteurs, si elle nous surprend parfois, se justifie par l'inten- tion didactique.

M™^ GrautofFdont la langue se révèle si précise et si nuancée dans les " MOglichkeiten der Liebe " (Curtius, Berlin, 19 12), s'est montrée attentive à ne point trahir les originaux. A la souplesse féminine s'ajoute chez elle le don du naturel et de l'expression juste, si bien que tel passage, retourné en français, rend exactement le texte. Mainte image, certes, défiait toute facilité. Mais l'abondance des morceaux bien venus comme dans les traductions de Verhaeren, Gide, Vildrac, Eisa Koeberlé, l'aisance générale de la forme gagneront à nos poètes plus d'un lecteur allemand.

F. B.

��INSEL-ALMANACH AUF DAS JAHR 19 12 {Insel- Verlag, Leipzig.)

Les publications de VInsel sont fort suggestives pour ceux qui s'intéressent à l'effort de culture que font les Allemands : " Ne rien laisser perdre du passé, tout jeter au creuset. " Dans le catalogue de cette maison les œuvres de Van de Velde, Hofmannsthal, Rainer Maria Rilke, les lettres de Nietzsche, de Schopenhauer, de Gœthe, de Kant, voisinent avec des traductions de l'Odyssée, des Psaumes et d'œuvres de Balzac, Flaubert, Gobineau, Baudelaire, Maurice de Guérin, Verhaeren. C'est aussi, je crois, VInsel (\m.\ se propose de publier e.r\ français un choix de poèmes de Verlaine et de Verhaeren.

Son almanach pour 191 2 donne Le dernier soleil de Verhaeren, qu'il eût été dommage de traduire, et, à côté du portrait de Balzac, des silhouettes fort amusantes de Lavater,

�� �