Page:NRF 7.djvu/521

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


REVUES S^S

pensâmes à remuer. Dans cette nuit, dans cette chambre, Chopin composa sa marche funèbre."

Et dire que l'ingrat n'a jamais soufflé mot à qui que ce fût d'une aussi fructueuse soirée !

Comme le fait justement remarquer le commentateur de ce récit, Ziem, pour un rapin à ses débuts, avait pourtant bien fait les choses : réunir dans un grenier, et comme par hasard, Musset, Sand, Rossini, Delacroix et Balzac ! Quel dommage que Napoléon P ait été empêché !

Pardonnons à l'infatigable chantre du ciel vénitien cette douce manie qu'il prit, vieillard, d'auréoler son obscure jeu- nesse. Pauvre Ziem ! il peignait tant de mirages qu'il pouvait bien s'en glisser un peu dans ses souvenirs ! "

�� ��j^me Marie KalfFqui vient de donner, dans les principales villes de Hollande, une série de lectures de Paul Claudel, se propose d'organiser à Paris, dans le courant du mois de mars, une matinée consacrée à l'œuvre du poète. M™^ Marie Kalff lira des scènes de P Echange, de Partage de Midi et de P Otage. Des fragments du z^ et du 4® acte de la 'Jeune Fille Violaine seront joués par M™^ Marie KalfF et M. Charles DuUin, du Théâtre des Arts. Enfin M. de Max dira plusieurs fragments de Tête d^Or. Les lectures et récitations seront précédés d'une causerie de M. Charles Morice.

�� ��Sous la direction de Giuseppe Vannicola ont commencé de paraître les premiers fascicules de " Prose ". Chaque numéro de cette revue mensuelle ne contient, à la manière des Cahiers de la Quinzaine, qu'un seul écrit ; des traductions de Quincey, de Calderon, de Heywood, de Baltrusciatio alterneront avec des

�� �