Page:NRF 7.djvu/532

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


526 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

en crée une autre vie

qui palpite et circule aux filons froids des pierres^

dresscy en riant ^ des dieux quiy d^un grand geste^

rejettent le linceul du marbre et marchent

émerveillant un peuple prosterné. . .

non certe à tort : voyez !

incarné en vos rireSy

à travers tous mes sens^jusquen mon âme^

cest Photbos qui rayonne ety de mes mainSy

va créant sa divinité !

PASIPHAÉ

dont le regard erre a travers P atelier

ye suis amoureuse de vos dieux de pierre^

Dédale,

car, malgré votre austérité,

vous êtes un voluptueux étrange :

si Je vous comprends mal,

au moins je sens que, si vous m^ aimiez comme un autre,

je serais vite lasse de vous ;

tandis que, tel que vous voilà,

je puis vous aimer indéfiniment,

ainsi qu'on aime un bosquet clair oîc V ombre est fraîche,

ou. la fontaine — si Von s^ y prête —

vous mire plus belle, vous fait un visage calme

et qu'on regarde, curieuse,

à se rêver une autre.

DÉDALE

qui modèle fiévreusement

Quelle lumière entre vos boucles rejetées !

�� �