Page:NRF 7.djvu/538

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


53'^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

y construisant des débris de tombeaux un temple insoupçonné aux choses irrêvées... Non pas à dire : ceci est bien^ ceci est mal ; non pas : ceci est salutaire et juste ; mais : voici qui est selon la beauté ! ce fût-il la mort même^ le blasphème terrible^ le meurtre sacrilège des dieux suprêmes !

(ironique) Mais ton cerveau ordonnateur balance au double plateau de la loi ta frénésie prudente^ ta raison ivre ! Ton rêve de beauté hésite et s'évapore au premier rayon de r aurore qui précise ton geste stérile et gauche ; cependant que^ là-baSy sous cette même aurore qui grandit un matelot brutal^

du signe impérieux d^un glaive incendié, réalise la Vie que te fit entrevoir ton génie inutile.

DÉDALE

maître de soi

Tu vêts du masque de ta passion un geste étroit ;

tu prêtes F éclat de ton regard ébloui à r ombre d'un caveau.

(Désignant r horizon par delà le portique) Regarde ! que siy comme Photbos porphyrogène.

�� �