Page:NRF 7.djvu/552

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


54^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

La communion sur la croix, l'amertume comme celle de la myrrhe

Du malade qui voit l'ombre sur le cadran et de l'âme qui reçoit vocation !

Et pour toi l'âge est venu déjà. Mais qu'il est dur de se renoncer à un jeune cœur !

JACQUES HURY. — Et de moi tu n'as rien voulu accepter !

VIOLAINE. — Crois-tu que je ne connaisse rien de toi, Jacques î

JACQUES HURY. — Ma mère me connais- sait.

VIOLAINE. — A moi aussi, 6 Jacques, tu as fait bien du mal !

JACQUES HURY. — ■ Tu es vierge et je n'ai point de part en toi.

VIOLAINE. — Eh quoi ! faut-il donc te dire tout .?

JACQUES HURY. — Que caches-tu encore .?

VIOLAINE. — Il le faut. Ce n'est plus le temps de rien réserver.

JACQUES HURY. — Parle plus haut.

VIOLAINE. — Ne t'ont-ils donc point dit que ton enfant était mort ?

Cet an dernier, pendant que tu étais à Rheims ?

�� �