Page:NRF 7.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


50 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— La transmission a cent mètres de tringles et manœuvre deux aiguilles. Vous ne sauriez l'avoir d'un seul coup.

M. Dasson haussait la voix :

— Vous vous moquez de nous. Je vais vous montrer comment on fait un levier sans escale.

Il empoigna à deux mains le 22 et tira de toutes ses forces exaspérées. Le levier doux, rattaché par fil de trois millimètres de section à un carré de tôle n'absorba point tout cet effort.

M. l'inspecteur principal adjoint dut employer le super- flu à rouler cul par dessus tête sur le plancher de la cabine.

M. Drûze lui tendit la main à se relever, mais il le fit seul et tordu par une douleur inguinale, épousseta du bout des doigts ses habits souillés. Drahé l'avertit de dimi- nuer sa peine :

— Il y a une brosse ici.

Cet homme d'expérience ignorait l'ironie, mais M. Dasson tint à raillerie cette offre serviable et le regar- dant avec férocité, affirma :

— C'est inutile !

Drahé, néanmoins, du bout des poils brossait le cha- peau, puis le posa sur la table d'abord essuyée de sa manche.

M. Drûze, sévère en apparence, riait de l'autre côté de sa peau. L'aiguilleur Matton, avançait à faire la direction du 141 2. M. Ipp reprit son autorité, par une énergie inattendue à dix heures du soir :

— Il faut réunir tous les hommes qui étaient de service. Le Matériel évacuait pièce à pièce les châssis démolis

des voitures sur des w^agons plats disposés voie I des

�� �