Page:NRF 7.djvu/577

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 571

De quel prix est le monde auprès de la vie ? et de quel prix la vie, sinon pour la donner ?

Et pourquoi se tourmenter quand il est simple d'obéir ?

C'est ainsi que Violaine aussitôt toute prompte suit la main qui prend la sienne.

PIERRE DE CRAON. — O père ! C'est moi le dernier qui l'ai tenue dans mes bras, car elle se confiait en Pierre de Craon, sachant qu'il n'y a plus désir en son cœur de la chair.

Et le jeune corps de ce frère divin était entre mes bras comme un arbre coupé qui penche !

Déjà comme l'ardente couleur de la fleur de grenade de tous côtés se fait voir sous le bourgeon qui ne la peut plus enclore,

La splendeur de l'ange qui ne sait point la mort s'emparait de notre petite sœur.

Et l'odeur du paradis entre mes bras s'exhalait de ce tabernacle brisé.

— Ne pleure point, Jacques, mon ami.

ANNE VERCORS. — Ne pleure point, mon fils.

JACQUES HURY. — Pierre, rends-moi cet anneau qu'elle t'a donné.

PIERRE DE CRAON. — Je ne le peux plus ! Pas plus que l'épi complet ne peut rendre Le grain dans la terre d'où sort sa tige.

�� �