Page:NRF 7.djvu/581

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 575

Et les deux yeux bandés.

ANNE VERCORS. — Pourquoi les yeux bandés ?

PIERRE DE CRAON. — Afin qu'elle écoute mieux, ne voyant pas,

Le bruit de la ville et des champs, et la voix de l'homme avec la voix de Dieu en même temps.

Car elle est Justice elle-même qui écoute et conçoit dans son cœur le juste accord.

La voici qui est un refuge contre l'intempérie et un ombrage contre la canicule.

JACQUES HURY. — Mais Violaine n'est pas une pierre pour moi et la pierre ne me suffit pas !

Et je ne veux pas que la lumière de ses yeux si beaux soit couverte !

ANNE VERCORS. — Celle de son âme est avec nous. Je ne t'ai pas perdue, Violaine ! Que tu es belle, mon enfant !

Et que la fiancée est belle quand au jour de ses noces elle se montre à son père dans sa robe magnifique, avec un charmant embarras.

Marche devant, Violaine, mon enfant, et je te suivrai. Mais tourne parfois le visage vers moi, afin que je voie tes yeux !

Violaine ! Elisabeth ! bientôt je suis de nouveau avec vous !

Pour toi, Jacques, fais ta tâche, comme j'ai fait la mienne, à ton tour ! La fin est proche.

�� �