Page:NRF 7.djvu/582

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


576 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

La voici qui m'est donnée, du jour, et de l'année, et de la vie !

Il est six heures. L'ombre du Grès-qui-va-boire atteint e ruisseau.

L'hiver vient, la nuit vient. Un peu de nuit maintenant.

Cette courte veille encore !

Toute ma vie j'ai travaillé avec le Soleil et je l'ai aidé à sa tâche.

Mais maintenant, tout seul, il me faut com- mencer la nuit,

A la chaleur du feu, à la clarté de la lampe.

PIERRE DE CRAON. — O agriculteur, ton œuvre est achevée. Vois la campagne vide, vois la terre moissonnée et déjà la charrue entame l'éteulel

Et maintenant ce que tu as commencé, c'est à moi de le parfaire.

Comme tu as ouvert le sillon, je creuse le silo, je prépare le tabernacle.

Et comme ce n'est pas toi qui mûris la moisson, mais le soleil, ainsi la grâce.

Et nul s'il ne sort du grain ne sera de l'épi.

Et certes Justice est belle. Mais combien plus beau

Cet arbre fructifiant de tous les hommes que la semence eucharistique engendre en sa végétation.

Cela fait une seule figure qui tient à un même point.

�� �