Page:NRF 7.djvu/586

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


580 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Et non point Violaine radieuse et intacte, Mais la lépreuse au dessus de moi penchée avec un amer sourire et la plaie dévorante à son côté !

(^Silence)

(Le soleil est derrière les arbres. Il brille h travers les branches. Le dessin des feuilles couvre la terre et les personnages assis. Ça et là une abeille d'or brille dans un trou de la lumière^

ANNE VERCORS. — Me voici assis, et du haut de la montagne je vois tout le pays à mes pieds.

Et je reconnais les routes, et je compte les fermes et les villages, et je les connais par leurs noms et tous les gens qui y habitent.

La plaine par cette échappée à perte de vue vers le Nord !

Et ailleurs, se relevant, la côte autour de ce village forme comme un théâtre.

Et partout, à tout moment.

Verte et rose au printemps, bleue et blonde l'été, brune l'hiver ou toute blanche sous la neige,

Devant moi, à mon côté, autour de moi.

Je ne cesse point de voir la Terre, comme un ciel fixe tout peint de couleurs changeantes.

Celle-ci ayant une forme aussi particulière que quelqu'un, est toujours là avec moi présente.

�� �